Le modèle : la Silva de varia lección de Pero Mexía (1540)

Les collections hétéroclites d’érudition centrées sur les curiosités connaissent un succès considérable à la Renaissance et Antoine du Verdier entend s’inscrire dans la lignée de la Silva de varia lección de Pero Mexía qu’il prend pour modèle. Ses Diverses Leçons sont explicitement présentées comme « suivans celles de Pierre Messie » sur toutes les pages de titre, preuve du succès du texte espagnol. Les mélanges de Pero Mexía, parmi les premiers a avoir été composés en langue vernaculaire, circulent en effet dans toute l’Europe depuis leur parution à Séville en 1540.

Pero Mexía (1497-1551)


Au XVIe siècle, Pero Mexía, né à Séville en 1497, est considéré comme un érudit espagnol de premier plan. Il figure par exemple dans le Libro de descripción de verdaderos retratos de ilustres y memorables varones écrit à Séville en 1599 par Francesco Pacheco. Le manuscrit original, conservé à la Biblioteca del Archivo General de Andalucía (AGA FA 369) est magnifiquement illustré. 

Au moment de la publication de la Silva, Pero Mexía est cosmographe de la Casa de Contratación de Indias de Séville depuis 1537, alcalde de la Santa Hermandad depuis 1538 et caballero veinticuatro de l’administration municipale sévillane. Après avoir publié en 1545, la Historia imperial y cesárea, il est nommé chroniqueur impérial en 1548 succédant ainsi à Antonio de Guevara. Il meurt trois ans plus tard en laissant inachevée une histoire du règne de Charles Quint. 

La Silva

La Silva de varia lección en trois parties (117 chapitres) parait à Séville chez Dominico de Robertis en juillet 1540 puis chez Juan Cromberger en décembre de la même année avec dix nouveaux chapitres. Une quatrième partie de vingt-deux chapitres est ajoutée dans la neuvième édition de l’ouvrage chez Juan de Villaquirán à Valladolid en janvier 1551 juste avant la mort de Mexía.

On compte, en un peu plus d’un siècle, au moins 29 éditions complètes en castillan de la Silva de varia lección en Espagne (Séville, Madrid, Saragosse, Valladolid, Lérida) mais aussi à Anvers (la première chez Martín Nuccio en 1544), à Venise (Gabriel Giolito de Ferrariis, 1553) et à Lyon (héritiers de Jacobo de Junta, 1556). Dès 1544, il est traduit en italien et à partir de cette version en français en 1552. Il est ensuite traduit en néerlandais.

L’ouvrage est une collection hétéroclite de faits historiques, de réflexions morales, d’anecdotes ou de considérations scientifiques présentés comme issus de la lecture des textes anciens. En réalité, Mexía utilise majoritaire dans textes intermédiaires même s’il les cite peu dans le corps du texte. En revanche, le prologue en fait mention :

Y aunque esta manera de escrebir sea nueva en nuestra lengua castellana y creo que soy yo el primero que en ella haya tomado esta invención, en la griega y latina muy grandes auctores escribieron así, como fueron Ateneo, Vindice Cecilio, Macrobio y aun en nuestros tiempos, Petro Crinito, Ludovico Celio, Nicolao Leonico y otros algunos. (éd. Isaías Lerner, Castalia, Madrid, 2003, p. 23)

On le voit, l’ambition est de s’inscrire dans une lignée prestigieuse d’auteurs de miscellanées grecques et latines, qu’elles soit antiques ou modernes.

Éditions originales en castillan :

Éditions en castillan en Italie et en France :

  • Silva de varia leccion, 1553, Gabriel Giolito de Ferrari, Venezia
    Aucune édition n’est disponible en ligne.
  • Silva de varia lecion, 1556, por los haer. Jacobo de Junta, Lyon
    Aucune édition n’est disponible en ligne mais il existe une numérisation accessible à la BnF. Une édition en 1552 à Paris est signalée dans le catalogue USTC. On n’en conserve pas d’exemplaire.

Quelques éléments bibliographiques

Notice d’autorité : https://dbe.rah.es/biografias/12480/pedro-mexia

Le texte a fait l’objet de trois éditions critiques modernes :

  • Silva de varia lección, Pedro Mexía, éd. Isaías Lerner, Castalia, Madrid, 2003.
  • Silva de varia lección, Pedro Mexía, éd. Antonio Castro, Cátedra, Madrid, 1989-1990.
  • Silva de varia lección compuesta por el magnífico caballero Pedro Mejía, éd. Justo García Soriano, Sociedad de Bibliófilos Españoles, Madrid, 1933-1934.

Seulement quelques études spécifiques lui ont été consacrées ces dernières années. Citons :

  • Juan Bubello, “Christian orthodoxy and esoteric apologies in the Spain of Carlos V. Rings, astral, magic and natural magic in Siva de varia lección of Pedro Mexía”, Estudios de historia de España, Buenos Aires, 23/2, 2021, 140–158.
  • Hernan Facundo Lopez, “‘Los sabios siempre usaron y amaron el secreto’. Divulgación humanista y secreto esotérico en la Silva de Varia Lección de Pedro Mexía”, Trabajos y comunicaciones, 48, 2018.
  • Susanna, Allés Torrent, “Pedro Mexía and the Various Lessons of Plutarch.” Quaderns d’Italia, 22, 2017.
  • Philippe Rabaté, “Estrategias de escritura y creación de un saber común en la Silva de varia lección de Pedro Mexía”, Alain Bègue et Emma Herrán Alonso (dir.) Pictavia Aurea : Actas del IX Congreso de la Asociación Internacional “Siglo de Oro”, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2013, pp. 621-629.
  • Lucas A. Marchante-Aragón, “Las genealogías espurias del Imperio turco y el Islam en la Silva de Varia Lección de Pedro Mexía y sus posibles efectos en la percepción de los Moriscos.” Nueva revista de filología hispánica, 62/2, 2014, p. 357–381.

Pour ce qui est de la bibliographie francophone, la Siva de varia lección a fait l’objet de quelques études menées par D. de Courcelles dont :

  • “La Silva de varia lección de Pedro Mexía : Séville, 1540 ; Paris, 1552. Traduction et adaptation en Espagne et en France a la Renaissance”, Traduire et adapter à la Renaissance, Paris, Publications de l’École nationale des chartes, 1998.
  • « De Pedro Mexía à Michel de Montaigne : les livres, le savoir et le vent », Ph. Desan, L. Kritzman, R. La Charité & M. Simonin (dir.), « Sans autre guide » : Mélanges de littérature française de la Renaissance offerts à Marcel Tetel, Paris, Klincksieck, 1999, p. 129-148.
  • « La Silva de varia lección de l’humaniste sévillan Pedro Mexía, ou l’échec de la fondation du principe de varietas », D. de Courcelles (dir.), Fonder les savoirs, fonder les pouvoirs XVe-XVIIe siècles, Paris, École des Chartes, 2000, p. 83-95.
  • « Le mélange des savoirs : pour la connaissance du monde et la connaissance de soi au milieu du XVIe siècle dans la Silva de varia lección du Sévillan Pedro Mexía », D. de Courcelles (dir.), Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance, Paris, École des Chartes, 2003, p. 103-115.
  • « Paradoxes et images verbales dans les histoires de la très célèbre Silva de varia lección (1540-1551) de Pedro Mexía », D. de Courcelles (dir.), Écrire l’histoire, écrire des histoires dans le monde hispanique, Paris, Vrin, 2008, p. 131-165.

Crédits :

Portrait de Pedro Mexía, Dialogos, Séville, Fernando Diaz, 1580, Biblioteca Nacional de España,

 



Citer ce billet
Romane Marlhoux (2023, 4 octobre). Le modèle : la Silva de varia lección de Pero Mexía (1540). Diverses Leçons. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwae

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search