Le modèle : la Silva de varia lección de Pero Mexía (1540)

Les collections hétéroclites d’érudition centrées sur les curiosités connaissent un succès considérable à la Renaissance et Antoine du Verdier entend s’inscrire dans la lignée de la Silva de varia lección de Pero Mexía qu’il prend pour modèle. Ses Diverses Leçons sont explicitement présentées comme « suivans celles de Pierre Messie » sur toutes les pages de titre, preuve du succès du texte espagnol. Les mélanges de Pero Mexía, parmi les premiers a avoir été composés en langue vernaculaire, circulent en effet dans toute l’Europe depuis leur parution à Séville en 1540.

Continuer la lecture de « Le modèle : la Silva de varia lección de Pero Mexía (1540) »

Le catalogue de Barthélemy Honorat

Barthélemy Honorat (155?-1589)

Bien qu’il soit un important libraire lyonnais, c’est toujours Baudrier qui nous livre le plus d’informations à propos de Barthélemy Honorat. La Bibliographie lyonnaise (Lyon, Louis Brun ; Paris, Picard et fils, IV, p. 113-161) rassemble en plus de son catalogue, des transcriptions d’archives le concernant.

Issu d’une famille florentine, il est émancipé en mai 1571 et naturalisé français en novembre 1577. Il travaille auprès de son oncle Sébastien Honorat puis lui succède à Lyon quand il part à Genève puis meurt en 1572. Associé d’Étienne Michel et Sibylle de la Porte, il est membre de la Compagnie des Librairies de Lyon.

Continuer la lecture de « Le catalogue de Barthélemy Honorat »

Éditer Les Diverses Leçons d’Antoine du Verdier : lectures, emprunts, réécritures (8 juin 2023, Université Grenoble Alpes, Litt&Arts)

Cette intervention a été donnée dans le cadre des troisièmes rencontres de l’axe 1, Nouvelles Philologies, du laboratoire Litt&Arts de l’Université Grenoble Alpes intitulées “Corpus hétérogènes et œuvres composites”. La journée s’est ouverte par une conférence d’Anne Réach-Ngô, « Éditer des “œuvres composites” : définitions, méthodes et enjeux ».

Continuer la lecture de « Éditer Les Diverses Leçons d’Antoine du Verdier : lectures, emprunts, réécritures (8 juin 2023, Université Grenoble Alpes, Litt&Arts) »

Les Diverses Leçons d’Antoine du Verdier ? (19 avril 2023, Venise, Ca’Foscari)

Cette intervention a été donnée dans le cadre du séminaire doctoral “l’autorialité en partage” du Département d’études linguistiques et culturelles comparées de l’Université Ca’Foscari organisé par la professeure Magda Campanini et Anne Réach-Ngô, à l’occasion de son séjour de Visiting Professor en 2020 et de Visiting Scholar en 2023.

Quelle auctorialité pour un collectionneur de textes, de savoirs et d’idées ?

Les ouvrages de mélange en vernaculaire, qui se multiplient dans la seconde moitié du XVIe siècle, se caractérisent par un rapport particulier au texte qui engage des pratiques de lecture spécifiques – lire pour collecter – et des pratiques d’écriture propres – écrire pour transmettre du déjà dit. Un bref parcours dans Les Diverses Leçons permet d’observer de plus près la construction, dans le texte, de multiples figures auctoriales qu’elles soient convoquées, citées, traduites ou commentées. Peut-on considérer que la mise en scène de l’auctorialité partagée participe de l’affirmation de la figure de l’auteur-compilateur ?

Continuer la lecture de « Les Diverses Leçons d’Antoine du Verdier ? (19 avril 2023, Venise, Ca’Foscari) »

Histoire éditoriale

Replacer Les Diverses Leçons dans leur contexte éditorial permet de rendre compte de la circulation des textes – modèles, sources, emprunts, réécritures – et de réfléchir aux enjeux de l’insertion des ouvrages de mélange dans le marché du livre à la fin du XVIe siècle.

L’ouvrage connaît au moins cinq éditions présentées comme nouvelles entre 1577 et 1604. La première édition est composée de cinq livres. Si le premier livre, constitué de quinze chapitres traite « des choses hautes et dignes de cognoissance » en matière religieuse, les quatre livres suivants, composés respectivement de trente-trois, trente-neuf et vingt-cinq chapitres se caractérisent par leur absence d’organisation. Les Diverses Leçons sont « augmentées et reveuës » pour une seconde édition en 1580. Un sixième livre de neuf chapitres est ajouté en 1584 (“troisieme edition”) puis un septième de onze chapitres en 1592. La cinquième édition paraît de façon posthume en 1604 accompagnée « de trois discours trouvez après le décès de l’Autheur en ses papiers, du dueil, de l’honneur, et de la noblesse ».

Elles ont été publiées avec privilège à Lyon par Barthélemy Honorat en 1577, en 1580 et en 1584 mais en 1580, elle paraissent aussi chez Étienne Michel qui travaille avec lui à partir de cette date et jusqu’en 1583. Barthélemy Honorat meurt en 1589 et Les Diverses Leçons paraissent à nouveau en 1592, imprimées par Étienne Servain pour le libraire Thomas Soubron. Ce dernier devient le beau-frère de Claude Michel, probablement le fils d’Étienne Michel et il travaille avec lui à Tournon où il est imprimeur de l’Université, ce qui explique que l’ouvrage paraisse ensuite dans cette ville entre 1603 et 1616. Les Diverses Leçons sont également imprimées à Paris, dès la fin du privilège de 6 ans obtenu par Barthélemy Honorat, en 1583 pour Nicolas Bonfons, libraire actif entre 1575 et 1618. Les pages de titre de certains exemplaires donnent la date de 1584 mais il ne n’agit pas de deux éditions différentes. Un nouveau privilège datant du 13 juillet 1583 a été octroyé à Barthélemy Honorat : Bonfons a-t-il dû imprimer de nouvelles pages de titre pour ne pas risquer la confiscation ? C’est également en 1584 que Georges Loyselet imprime le texte pour le libraire Claude Micard avec qui il travaille entre 1573 et 1588. Les liens entre les libraires parisiens et lyonnais restent à déterminer.

On sait que la famille d’imprimeurs-libraires parisien Saugrain est en lien avec Barthélemy Honorat puisqu’Abraham Saugrain (1567-1622), le second fils de Jean Saugrain (1518-1586) a fait chez son apprentissage après être passé chez Jean II de Tournes (1539-1615). Après un séjour à Poitiers, il s’installe à Paris en 1587. Il est en lien avec Jean Cavellat qui est un représentant de Benoît Rigaud (qui est par ailleurs l’oncle par alliance de Jean Saugrain) et de Barthélemy Honorat à Paris1. Or Benoît Rigaud publie en 1568 à Lyon un texte de Du Verdier qui est paru la même année à Paris chez Denis du Pré. Ce réseau n’est pas directement en lien avec la publication des Diverses Leçons mais il laisse tout de même entrevoir l’implantation de Barthélemy Honorat à Paris. Néanmoins, il ne permet pas d’établir des liens avec Nicolas Bonfons et Claude Micard.

L’étude des catalogues de tous les imprimeurs-libraires doit encore être approfondie mais il est d’ores et déjà clair que la publication des Diverses Leçons s’inscrit dans des stratégies éditoriales, la plus évidente étant celle de profiter du succès de l’œuvre de Pedro Mexía et d’en relancer les ventes. Claude Micard et Nicolas Bonfons avaient déjà publié la traduction Silva de varia lección2 avant d’avoir la suite d’Antoine du Verdier au catalogue3. Barthélemy Honorat et Thomas Soubron quant à eux font paraître les traductions du texte de Mexía avec des pages de titre qui font référence à la suite d’Antoine du Verdier qu’ils publient en même temps4. La stratégie est payante puisque quelques exemplaires des textes conservés sont reliés ensemble.

Bibliothèque numérique consacrée aux exemplaires conservés des Diverses Leçons : https://eman-archives.org/diverses-lecons/

  1. Voir BERTHONNET, Arnaud. “La dynastie des Saugrain : huit générations au service du livre et d’un art” In : Écriture et transmission des savoirs de l’Antiquité à nos jours, BRIQUEL, Dominique (dir.) [en ligne]. Paris : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020. []
  2. Respectivement dès 1569 et dès 1576. []
  3. Reste à voir si les éditions de la traduction de Mexía qui sont datées des mêmes années que la suite d’Antoine du Verdier sont des nouvelles éditions ou les éditions anciennes recyclées. []
  4. Ainsi, par exemple, avec la première édition de 1577, Barthélemy Honorat publie Les Diverses Leçons de « Pierre Messie » traduit par Claude Gruget mais il est précisé sur la page de titre « Augmentées outre les précédentes impressions de la suite d’icelles, faite par Antoine du Verdier ». []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search